Baby clothes baby talk mum talk outfit

L’éducation, ça commence maintenant !

1 mai 2017

 

Bebe sous surveillance

Être maman au début c’est quand même pas bien compliqué, ou du moins on prend vite le plis. Changer les couches, donner à manger, endormir, divertir, câliner…Toujours les mêmes gestes, face à un bébé légume qui est certes à croquer mais pas très marrant. Alors quand il commence à ramper et à faire du quatre pâtes, c’est limite si on ne mesure pas son record de vitesse pour pouvoir se la péter devant les copines. On se la joue quand même parent modèle en protégeant les prises et les coins de tables mais sans se douter de ce qui nous attends réellement…

Version poétique : Quelle émotion quand votre petite chenille devient papillon et qu’il peut enfin découvrir le monde de ses propres ailes.

Version de la vraie vie : Quelle émotion quand tel un petit homme ivre qui titube et tente de garder l’équilibre après une soirée bien arrosé (au lait bien sûr) votre enfant fait ses premiers pas et fini sa route par une belle chute ! Ce petit papillon est attiré par la lumière du four, les objets interdits, sales et soyons d’accord :  il ne vole pas ! Non, il escalade le meuble télé, grimpe sur le canapé, se crash avec sa petite voiture contre les murs et sa se finit bien souvent par une petite bosse. Quand la maison devient son terrain de jeux préféré sonne la cloche de la Surveillance rapprochée. C’est vrai que nous lui laissons pas mal de liberté, tout en restant vigilant mais quand il abuse trop il est difficile de résister à l’appel de la maman-flic, diplômée d’une maitrise en « non » « ne touche pas ça » « Haydeeeennn, j’ai dit quoi ? » sous couvert des gros yeux qui font peur. Se conclut souvent par un arrêt immédiat mais ne dure que quelques secondes malheureusement… Alors oui mon fils certes tu es beaucoup plus marrant maintenant que je te vois gambader un grand sourire sur le visage, mais je me rend compte que l’éducation commence plus tôt que je ne l’aurais pensé. Comme je n’ai pas envie d’être une maman gueularde, j’ai essayé de trouver d’autres techniques…

 

IMG_0552

On change son mode de communication

Il y a de nombreuses semaines, j’ai lu quelque part qu’un enfant à qui ont parle régulièrement comme à un adulte est doté d’un vocabulaire plus large en grandissant. J’ai donc très rapidement transformé les simple « Non » ou « arrête » en phrases explicatives, du genre « Ne touche pas au four, c’est très chaud, tu pourrais te brûler » et je l’emmène vers un jeu plus raisonnable.

Ca marche aussi sur d’autres moments du quotidien, par exemple  en détaillant ce qu’on est en train de faire, lorsqu’on l’habille, lui donne à manger ou lui fait prendre le bain. Evidemment quand on est une pipelette comme moi ça ne pose pas de problème !

Beaucoup me diront « mais il ne comprends pas il est trop petit ! ». Pensez-vous réellement que parce qu’il ne parle pas encore, il ne comprends pas? Je pense que l’on peut construire les bases de l’éducation dès le plus jeune âge et ainsi pouvoir fixer les limites au plus tôt.  Je suis sure que ce que je fais maintenant me sera utile plus tard, on en reparlera 😉

 

IMG_0550

Non à la tablette

Attention là c’est du sérieux, je suis complètement contre le fait de donner la tablette ou le smartphone en monnaie d’échange, quand il pleure, pour l’endormir ou tout simplement pour « avoir la paix ». Je sais que je vais me faire pas mal d’ennemies car nombres d’entre vous ont recours à cette technique imparable ! C’est vrai que c’est une option tentante et j’avoue y avoir déjà pensé -dans un moment de faiblesse. J’ai essayé de le mettre devant un dessin animé, mais mon fils est bien trop vif pour se laisser attendrir et il est parti en courant vers ses jouets (ou très certainement un objet qui était tout sauf à lui) j’en suis ravie !  Si même les enfants de Steve Jobs n’ont jamais eu de tablettes entres les mains ce n’est pas pour rien.

C’est un peu hypocrite, me direz vous, sachant que mon téléphone est en permanence à mes côtés. Mais jusqu’à preuve du contraire mon cerveau est développé, ce qui n’est pas encore le cas du sien.  Et je n’ai pas envie qu’un écran se charge de son éveil ou de le calmer quand il pleure. Au risque de paraitre Oldschool, c’est mon rôle de veiller à ce qu’il n’est pas besoin d’une machine pour arrêter de pleurer, et s’il le faut je le bercerai pendant une heure jusqu’à ce qu’il s’endorme paisiblement.

Pour conclure je dirais simplement qu’un enfant n’est pas un objet que l’on range et que l’on débranche à sa guise. Être parent demande de l’implication, de l’attention et énormément d’amour.

IMG_0555

Merci de me lire et un grand merci à mon amie Rosa pour ces jolies photos.

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com